Histoire de l'entreprise

SCHMIDT + HAENSCH s’est développé à partir d’une riche histoire d’ingénierie et de recherche scientifique. L’entreprise familiale a été fondée en 1864 et fait partie de la technologie allemande innovante depuis le début.

Aujourd’hui, notre longue expérience est le fondement d’une culture d’entreprise fondée sur la fiabilité, l’excellence et la précision.

Les fondateurs de la société, Franz Schmidt et Hermann Haensch.
1864
Nous sommes à Berlin dans la seconde moitié du XIXe siècle. Le mécanicien Franz Schmidt travaille dans un petit atelier d'instruments physiques dans la Alexandrinenstraße. Le mécanicien et opticien Herrmann Haensch gère un petit commerce dans l'Adalbertstraße 82, puis dans la Karlsstraße 8. Ils avaient suivi une formation de mécanicien auprès du même maître artisan, Wilhelm Langhoff. Utilisant un héritage de 8000 Thaler, les deux décident en avril 1864 de poursuivre leurs activités ensemble, posant ainsi les bases d'une entreprise qui, aujourd'hui, regarde fièrement vers son héritage de plus de 160 ans.
Les fondateurs de la société, Franz Schmidt et Hermann Haensch.
L'héliostat selon Spencer
1870
A défaut de lumière électrique, l'héliostat faisait également partie de l'équipement standard des instruments optiques de SCHMIDT + HAENSCH. Ici, la lumière du soleil était captée par un miroir et la position changeante de la lumière solaire incidente était compensée par un engrenage couplé à une horloge.
L'héliostat selon Spencer
Microscope à Trichinella
1879
A la demande du célèbre pathologiste Rudolph Virchow, SCHMIDT + HAENSCH construit des microscopes pour l'examen de la viande, ce qui devrait empêcher la propagation de la trichinose. Le pathologiste voulait éviter une longue discussion sur les microscopes les plus appropriés. Avant même la publication du document, il avait déjà contacté un mécanicien de Berlin qui s'était fait un nom avec la fabrication de microscopes. "À ma demande, l'opticien Hänsch [sic] à Berlin (Karlstraße 8) a construit de petits microscopes dans ce but précis. Ils offrent un grossissement de 100 à 180x et ne coûtent que 10 à 12 Thalers." (Rudolf Virchow)
Microscope à Trichinella
Spectromètre selon von Lang
1880
La lumière générée électriquement n'était pas encore utilisée comme aujourd'hui, sans parler de la création d'un filtre à longueur d'onde définie, d'interférence ou de bord. Cependant, le bec Bunsen à gaz existait déjà. Des éléments purs comme le sodium, le potassium et le mercure ont été brûlés dans le bec Bunsen et ont émis de la lumière à des longueurs d'onde spécifiques. Il a ainsi été possible de produire la longueur d'onde dite standard avec une grande précision. Sous la forme de sources lumineuses spectrales, ces éléments chimiques jouent encore aujourd'hui un rôle important, car ils n'émettent de manière très stable qu'une seule longueur d'onde discrète.
Spectromètre selon von Lang
Spectromètre selon von Lang
1881
La fondation d'Alexander Graham Bell a attribué 2 000 USD au jeune Michelson qui se trouvait à Berlin, impatient de commencer à travailler sur son expérience. Michelson utilise cet argent pour commander à SCHMIDT + HAENSCH la fabrication d'un instrument. Michelson savait à quel point cette expérience consistant à tester l'impact de la dérive de l'éther sur la vitesse de la lumière serait unique, et grâce à l'acquisition d'un instrument de mesure auprès de SCHMIDT+ HAENSCH, elle était désormais à portée de main. L'expérience de Michelson-Morley en 1889 a confirmé de manière concluante que le mouvement de la Terre contre l'éther, longtemps supposé, n'existait pas réellement. Cette découverte a créé une énorme lacune inexpliquée dans la physique expérimentale, qui n'a été résolue que par la théorie de la relativité restreinte d'Albert Einstein. Pour ses recherches révolutionnaires, Albert Abraham Michelson a reçu le prix Nobel de physique en 1907 et est devenu le premier Américain à recevoir ce prix.
Spectromètre selon von Lang
Polarimètre à coin de quartz (Polarimètre selon Karl Ventzke)
1890
Une relation étroite avec le chimiste Karl Ventzke de la Schicklersche Zuckerfabrik a jeté les bases d'une technologie efficace de mesure du saccharose qui est toujours utilisée aujourd'hui. Cette collaboration a permis d'établir le lien entre la rotation optique du quartz et celle du saccharose ; ce concept est toujours utilisé pour mesurer la teneur en saccharose des betteraves sucrières. Jusqu'à aujourd'hui, les mêmes principes optiques sont utilisés dans le polarimètre automatique à quartz à coin moderne, le Saccharomat de SCHMIDT + HAENSCH.
Polarimètre à coin de quartz (Polarimètre selon Karl Ventzke)
Réfractomètre selon Pulfrich
1895
Les bases de la réfractométrie ont été développées par Ernst Abbe et Karl Pulfrich en 1869. Un réfractomètre fonctionnant selon le principe de Pulfrich et en accord avec Abbe a été construit par SCHMIDT + HAENSCH dès le 19ème siècle.
Réfractomètre selon Pulfrich
Polarimètre circulaire utilisé par le lauréat suisse du prix Nobel Alfred Werner.
1905
Alfred Werner a reçu le prix Nobel de chimie en 1913. Il a été honoré pour son travail sur les arrangements des complexes inorganiques. Contrairement à l'opinion dominante à l'époque, qui était basée sur la théorie des chaînes du chimiste danois Sophus Mads Jørgensen, Werner a développé un nouveau modèle structurel en utilisant des complexes métalliques comme les sels de cobalt. Il a proposé la géométrie d'un octaèdre et a localisé deux isomères à ses sommets. Son hypothèse, qui était au départ purement théorique, a ensuite été vérifiée avec succès au moyen d'un polarimètre circulaire SCHMIDT + HAENSCH dans les laboratoires de l'ETH Zurich, les fameuses catacombes. Même si elle était controversée au départ, cette théorie a permis d'établir un modèle structurel tridimensionnel qui sert de base aux différentes dispositions spatiales des substances organiques et inorganiques par rapport à une molécule centrale de carbone. Jusqu'à aujourd'hui, ce modèle a été crucial pour les applications de la polarimétrie.
Polarimètre circulaire utilisé par le lauréat suisse du prix Nobel Alfred Werner.
Projecteur
1910
En 1910, la société présente un projecteur qui peut être utilisé aussi bien par les ingénieurs que par les historiens de l'art : "L'appareil construit en [the] L'atelier Franz SCHMIDT + HAENSCH permet non seulement la projection d'objets transparents (diapositives, cuvettes, galvanoscopes, etc.), mais peut également projeter des images d'objets non transparents couchés ou debout, tels que des illustrations de livres, des dessins, des fractures métalliques, des spécimens anatomiques sur plaques et en bocaux, des objets corporels, et toutes les expériences chimiques réalisées dans des récipients verticaux, ainsi que des objets transparents horizontaux, tels que des cristallisations, des représentations de lignes de force, des figures sonores, etc.". (Wilhelm HAENSCH)
Projecteur
Appareil de mélange des couleurs selon Helmholtz-König
1921
Grâce à ce dispositif, des normes de couleur ont été élaborées au début du 20e siècle, qui ont été utilisées pour l'étalonnage et le contrôle des feux de signalisation. Il convient de mentionner ici le professeur Manfred Richter, également connu sous le nom de "saint père des couleurs", avec qui Mathis Kuchejda a eu l'honneur de collaborer à la normalisation nationale des couleurs. M. Kuchejda n'oubliera jamais le calme et la sagesse avec lesquels M. Richter a fait remarquer que les jeunes membres du comité de normalisation des couleurs du DIN auraient besoin d'un peu plus de temps pour comprendre la complexité de la mesure et du mélange des couleurs. Les "jeunes membres" ne se référaient pas seulement à Mathis Kuchejda, qui avait alors la trentaine, mais aussi à divers autres collègues, qui ont parié sur la séparation spectrale de la lumière à l'aide de filtres interférentiels. Cette technique devrait remplacer la technique de mélange spectral de l'anomaloscope pour la détection de la déficience de la perception humaine des couleurs, qui était également produite par SCHMIDT + HAENSCH.
Appareil de mélange des couleurs selon Helmholtz-König
Machine à dessiner ISIS
1955
Lors de la toute première foire commerciale après la guerre, Herbert Kuchejda, alors associé de la société, a exposé une table à dessin. Les tables à dessin ne faisaient même pas partie de la gamme de produits. SCHMIDT + HAENSCH avait une table à dessin, et Victor Graf de Gotha avait la machine à dessin. Ils sont rapidement parvenus à un accord. Graf a vendu les droits sur les instruments de dessin à SCHMIDT + HAENSCH. D'ailleurs, il était égyptologue amateur et avait donc appelé ses instruments de dessin ISIS. Le risque de cet achat s'est avéré payant. Dans ses lettres, Herbert Kuchejda raconte avec fierté avoir vendu 250 tables - une quantité énorme pour les débuts - à un client. La production a augmenté rapidement. Plus tard, SCHMIDT + HAENSCH a même dû travailler par roulement. Les machines à dessiner se sont vendues comme des petits pains. Ils n'ont pas été vendus mais plutôt distribués aux clients.
Machine à dessiner ISIS
L'époque des machines à dessiner
1960 - 1990
Entre les années 1960 et 1990, la production de machines et de tables à dessin est devenue le pilier des ventes de l'entreprise.
L'époque des machines à dessiner
Saccharomat II
1963
Le premier polarimètre à sucre entièrement automatique avec affichage numérique et imprimante a été développé et construit par SCHMIDT + HAENSCH.
Saccharomat II
Ouverture de l'usine Köln-Lövenich
1969
En raison du manque d'espace et de la situation politique de Berlin-Ouest (toujours considérée comme peu sûre par de nombreux clients importants qui se souviennent du blocus de Berlin), l'ancienne direction a décidé de transférer une partie de la production et de la logistique de Berlin à Cologne. La forte densité industrielle en Rhénanie-du-Nord-Westphalie a permis une livraison directe aux clients de cette région.
Ouverture de l'usine Köln-Lövenich
Table de numérisation
1982
La première version de la table de numérisation de SCHMIDT + HAENSCH, qui connaît un succès mondial, a été publiée. Cette table a été très populaire dans les années 1980 et 1990 et a permis à l'entreprise d'occuper une position de leader sur le marché mondial dans ce secteur.
Table de numérisation
Mathis Kuchejda a été nommé directeur général.
1983
L'ancien directeur général Walter Teller, qui a succédé à Herbert Kuchejda après son décès, a pris sa retraite à la fin de 1982 après avoir travaillé 50 ans dans l'entreprise. Mathis Kuchejda a été fortement recommandé pour reprendre la direction, même si son orientation professionnelle était jusqu'alors complètement différente. Aujourd'hui, l'entreprise est dirigée par la cinquième génération des familles SCHMIDT et HAENSCH.
Mathis Kuchejda a été nommé directeur général.
DUR W
1986
Premier réfractomètre de table entièrement automatique avec une plage de mesure allant jusqu'à 1,72000 et une résolution de 10-⁵ Brix.
DUR W
Célébration du 125e anniversaire de SCHMIDT + HAENSCH
1989
Dîner de gala à l'hôtel Berlin am Lützowplatz le 24 avril 1989.
Célébration du 125e anniversaire de SCHMIDT + HAENSCH
Premier système de titrage
2000
Le système de titration SCHMIDT + HAENSCH a été développé pour réaliser des titrations en ligne automatisées dans des conditions de processus et d'environnement difficiles. Le système permet des cycles de mesure rapides avec une grande fiabilité. La première livraison a eu lieu en août 2000.
Premier système de titrage
Analyseur de turbidité couleur cendre
2003
Développement et production du premier appareil automatique de mesure de la couleur et de la turbidité des cendres qui réduit le temps d'analyse complet de 1 heure à 10 minutes.
Analyseur de turbidité couleur cendre
Analyseur de pureté en ligne
2005
Développement et production du premier système de pureté en ligne.
Analyseur de pureté en ligne
Célébration du 150e anniversaire de SCHMIDT + HAENSCH
2014
SCHMIDT + HAENSCH célèbre le 150e anniversaire avec une réception dans l'Audimax du campus EUREF et une soirée au Capitol Yard Golf Lounge.
Célébration du 150e anniversaire de SCHMIDT + HAENSCH
VariDens - Densimètre
2015 à aujourd'hui
Grâce à son haut niveau de mécanique fine et d'optique, SCHMIDT + HAENSCH produit et distribue aujourd'hui des réfractomètres et des polarimètres, des densimètres et des appareils de mesure de la couleur de haute qualité dans le monde entier. Le domaine des instruments de mesure de laboratoire est complété par les domaines de la technologie des procédés et de l'automatisation afin de répondre à la demande de traitement et de contrôle de l'information en ligne. La construction modulaire des systèmes de mesure opto-électroniques permet une grande flexibilité et des solutions spécifiques au client. SCHMIDT + HAENSCH emploie une équipe hautement qualifiée de développeurs et de spécialistes de la fabrication afin de garantir une qualité de produit élevée et constante et de maintenir et renforcer sa position de leader sur le marché dans le monde entier. L'entreprise ne se contente pas de produire des instruments standard, mais elle adapte également les appareils de mesure aux exigences particulières du client. En outre, SCHMIDT + HAENSCH développe constamment de nouvelles applications et procédures en coopération avec les clients. Aujourd'hui, la société collabore avec des universités, des collèges et d'autres instituts de recherche pour développer de nouveaux instruments, optimiser les méthodes et soutenir les découvertes scientifiques.
VariDens - Densimètre